Le glaucome : les 2 formes

Le glaucome et ses 2 formes

Avec 80 millions de personnes concernées en 2020, le glaucome est la deuxième cause mondiale de cécité après la cataracte. […]

Avec 80 millions de personnes concernées en 2020, le glaucome est la deuxième cause mondiale de cécité après la cataracte. Il se caractérise par une lésion du nerf optique qui entraîne une diminution progressive du champ visuel. Indolore, la maladie se manifeste assez tard par une gêne visuelle ressentie dans les activités de la vie quotidienne et les déplacements. 

Les formes de glaucome

Le glaucome est une neuropathie de l’œil chronique, caractérisé par la perte progressive des fibres du nerf optique. Il entraîne un rétrécissement croissant du champ de la vision de la périphérie vers le centre, pouvant conduire à une cécité irréversible. Selon le type de glaucome, l’évolution de la maladie peut être différente.

Le glaucome à angle ouvert

Le glaucome à angle ouvert est la forme la plus fréquente de la pathologie, avec une évolution chronique et silencieuse. Dans ce type de glaucome, l’écoulement du liquide circulant dans la partie antérieure de l’œil, appelée humeur aqueuse, est perturbé. Le trabéculum, orifice situé entre l’iris et la cornée, par lequel ce liquide est évacué, perd de sa perméabilité et se bouche progressivement, endommageant ainsi le nerf optique par l’augmentation de la pression intraoculaire.

Le glaucome à angle fermé

25% des glaucomes sont à angle fermé, cette forme plus rare peut évoluer de manière brutale vers la cécité. La fermeture de l’angle irido-cornéen bloque l’évacuation de l’humeur aqueuse. Le drainage ne se fait plus correctement, élevant la pression intraoculaire. Les personnes qui présentent une caractéristique oculaire anatomique ou physiopathologique, comme un œil trop petit, sont prédisposés à développer ce type de glaucome. 

Des glaucomes dits secondaires apparaissent lorsqu’il y a une atteinte autre du trabéculum comme un traumatisme oculaire, une malformation, une inflammation intraoculaire, une pathologie rétinienne, une tumeur…

Le glaucome : les 2 formes

Le dépistage du glaucome

Au vu de l’absence de symptômes dès l’apparition de la maladie, beaucoup de personnes ignorent qu’elles sont atteintes. C’est pourquoi le dépistage du glaucome est recommandé dès l’âge de 40 ans, surtout si la personne présente des facteurs de risque.

Les examens de dépistage

Si le dépistage est réalisé assez tôt, il y aura moins de risque de perte du champ visuel. Le dépistage se fait chez l’ophtalmologue qui va examiner le nerf optique, mesurer la tension oculaire et l’épaisseur de la cornée. Si un doute survient, des examens complémentaires seront réalisés : scanner du nerf optique, champ visuel et OCT. Les résultats de ces analyses permettront de définir le stade du glaucome et son évolution. 

Les facteurs de risque

Des personnes sont plus prédisposées à développer un glaucome selon leur profil. 

Le facteur de risque majeur du glaucome est l’hypertonie oculaire, c’est-à-dire une variation importante du niveau de pression intraoculaire.

L’hypertension artérielle, des troubles de la régulation vasculaire ou une maladie cardiovasculaire peuvent aggraver l’atteinte du nerf optique. Il faut donc être particulièrement vigilant devant une personne présentant ces risques vasculaires.

Le risque de glaucome est multiplié par trois en cas d’antécédents familiaux, d’où l’important du dépistage précoce pour ces patients.

Quant au critère d’âge, il est évidemment à prendre en compte car, même si le glaucome peut apparaître à tous les âges de la vie, il s’agit d’une maladie dégénérative oculaire dont la fréquence augmente avec l’âge.

>> Consulter le site de l’assurance maladie Ameli pour en savoir plus sur le glaucome.          

Le glaucome : les 2 formes

La prise en charge des patients porteurs d’un glaucome

À ce jour, aucun traitement ne permet de guérir du glaucome. Cependant, certaines prises en charge médicales permettent de stabiliser la maladie et retarder son évolution. 

La prise en charge en réadaptation

Lorsqu’il subsiste des complications dans la vie quotidienne, dues à une atteinte importante du champ visuel, des équipes pluridisciplinaires peuvent prendre en charge les patients, en lien avec le corps médical, afin de les aider dans l’amélioration de leur environnement.

Des moyens de réadaptation seront proposés : séances d’orthoptie, ergothérapie, locomotion, informatique

Ce travail permettra au patient d’améliorer sa vie quotidienne et ses déplacements afin de mieux vivre avec sa déficience visuelle.

Le glaucome est donc une maladie dégénérative oculaire qui peut, selon sa forme, conduire à la cécité. Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus il y a de chances d’en stopper son évolution par les différents traitements. D’où limportance d’un dépistage précoce, surtout si la personne présente des facteurs de risque.

Pour en découvrir plus sur les maladies oculaires, vous pouvez consulter notre article Maladie des yeux.

Retour en haut