La sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire est un des motifs les plus fréquents de consultation en ophtalmologie, avec une nette augmentation ces dernières […]

La sécheresse oculaire est un des motifs les plus fréquents de consultation en ophtalmologie, avec une nette augmentation ces dernières années. Il s’agit d’une pathologie chronique qui apparaît à tout âge. Dans les cas de sécheresse oculaire sévères, les douleurs chroniques et les conséquences psychologiques peuvent impacter fortement le quotidien des personnes souffrantes, tant au niveau professionnel que personnel.

Qu’est-ce que la sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire est une maladie chronique qui entraîne de multiples symptômes avec des conséquences non négligeables sur le fonctionnement visuel. 

Une maladie chronique

Les glandes lacrymales, qui se répandent sur toute la surface de l’œil, protègent la cornée des agressions extérieures et l’hydratent par la production et l’évacuation de larmes. Un dysfonctionnement dans la qualité ou la quantité de ces larmes entraîne une sécheresse oculaire. 

La sécheresse oculaire est donc aqueuse quand il s’agit d’une insuffisance de production lacrymale, et/ou lipidique si elle est liée à un excès d’évaporation lacrymale. 

Les causes de la sécheresse oculaire

Quelques affections comme les maladies systémiques auto-immunes ou inflammatoires, le syndrome de Gougerot-Sjögren, des anomalies des glandes lacrymales ou la prise de certains médicaments, sont des causes fréquentes de l’apparition de la sécheresse oculaire aqueuse. Ce phénomène se développe en vieillissant car la production de larmes s’atténue avec l’âge (après 65 ans), baisse intensifiée par les modifications hormonales liées par exemple à la ménopause chez la femme.

Quant à la sécheresse oculaire liée à un excès d’évaporation lacrymale, les anomalies de la surface oculaire, un dysfonctionnement des glandes de Maibomius, le port de lentilles de contact, les courants d’air froid ou chaud, la pollution, les pathologies associées type rosacée oculaire ou allergies oculaires, aggraveraient la possibilité de développer une forme lipidique de sécheresse oculaire.

Les symptômes de la sécheresse oculaire

Les symptômes sont variés chez une personne souffrant de sécheresse oculaire : sensation d’inconfort, de grain de sable ou de corps étranger dans les yeux, brûlures oculaires et picotements, impression de flou visuel, absence ou présence anormales de larmes, sensibilité à la lumière, et dans les cas les plus sévères, des douleurs invalidantes chroniques. 

S’ils ne sont pas soignés correctement, ces symptômes peuvent être à l’origine d’infections oculaires et irritations de la cornée. C’est pourquoi il est important de consulter un spécialiste dès la manifestation de ces symptômes.

>> Consulter le site de l’assurance maladie Ameli pour en apprendre davantage sur la sécheresse oculaire.

La sécheresse oculaire : la prévenir et la traiter

La sécheresse des yeux doit être traitée correctement car ses conséquences auront un retentissement sur la qualité de vie du patient, notamment pour les activités de la vie courantes : la lecture, le travail sur écran informatique ou la conduite par exemple.

Un dépistage régulier

Même en étant asymptomatique, il convient de faire un contrôle chez un ophtalmologue tous les deux ans pour un diagnostic précoce des maladies oculaires. Un interrogatoire précis et un examen approfondi évaluant la fonction lacrymale, permettent de poser le diagnostic de sécheresse oculaire.

Il faut savoir que la sécheresse oculaire endommage la cornée, favorisant ainsi l’apparition d’une déficience visuelle. Ces symptômes doivent toujours être pris au sérieux lors d’une visite médicale. Un traitement doit être proposé rapidement afin d’éviter une évolution vers des pathologies oculaires plus graves.

Les conseils pour prévenir la sécheresse oculaire

Même s’il n’existe pas de recette miracle, il est nécessaire d’adopter les bonnes habitudes afin de protéger ses yeux des maladies de la vision, dont la sécheresse oculaire, de plus en plus fréquente.

Quelques mesures préventives sont assez simples à mettre en place et vous permettront de lutter contre la sécheresse oculaire : 

  • Éviter les courants d’air dans les yeux et porter des lunettes de soleil à l’extérieur ;
  • Investir dans un humidificateur d’air ;
  • Réduire le port de lentilles ;
  • Limiter les temps d’écran en faisant des pauses régulières ;
  • Éviter les lieux pollués, la fumée de cigarette ;
  • Éviter le contact avec des produits irritants pour les yeux.

La prise en charge thérapeutique

Les soins qui soulagent la sécheresse oculaire sont spécifiques à chaque patient selon les symptômes rencontrés et le degré de gravité de la maladie. 

Dans un premier temps, après avoir repéré tous les facteurs favorisant la sécheresse des yeux et modifier son comportement pour les éviter, il est nécessaire d’adopter une hygiène irréprochable.

Par la suite, un traitement par collyre sous forme de gouttes, sera en principe administré. Ces collyres varient en fonction des besoins de chaque patient en visant une cible thérapeutique spécifique : substituts lacrymaux, hydratants, osmorégulateur, immunomodulateur… 

Une bonne compréhension du traitement à appliquer est primordiale devant ce type de maladie pour gérer les instillations de collyre de manière autonome. 

>> Pour faciliter la prise de gouttes oculaires, découvrez nos lunettes guides pour les gouttes.

D’autres traitements peuvent être proposés pour soulager les symptômes liés à la sécheresse oculaire :  bouchons lacrymaux pour diminuer l’évacuation des larmes, traitement anti-inflammatoire pour calmer les douleurs…

La sécheresse oculaire est donc une maladie très fréquente dont les symptômes peuvent être soulagés avec des traitements adaptés et une bonne prévention en amont. Cependant, il existe des formes sévères qui requièrent une meilleure prise en charge du fait de leur impact sur la vie sociale et professionnelle.

Pour découvrir les maladies des yeux, nous vous invitons à lire notre article Maladie des yeux. 

Retour en haut