Malvoyants, choisissez les bonnes aides techniques grâce à CFLOU

Malvoyants : Comment choisir les bonnes aides techniques ?

Chaque déficient visuel a des besoins propres. Âge, pathologie, projet d’autonomie, budget… À chaque utilisateur, son aide technique adaptée. Comment choisir les bonnes aides techniques quand on est malvoyant ? Quelles solutions pour vivre normalement au quotidien ? CFLOU vous livre ses conseils pour bien vous équiper.

Que signifie être malvoyant ?

Quand est-on considéré comme malvoyant ?

Une personne malvoyante est une personne avec une acuité visuelle inférieure à 4/10e sur un ou deux yeux. Dans le cas d’une maladie génétique, la déficience visuelle peut être constatée à la naissance. Elle peut également survenir plus tard, lorsque la maladie se développe au cours de l’enfance ou de l’adolescence ou suite à un accident de la vie. À partir d’un certain âge, des maladies dégénératives peuvent aussi être à l’origine de la malvoyance. En France, la moyenne d’âge des malvoyants est de 73 ans.

Être malvoyant : de nombreuses difficultés au quotidien

Lorsqu’on est malvoyant, les tâches du quotidien se transforment en véritables défis. De la lecture à l’écriture en passant par la conduite, le déficient visuel perd en autonomie. Se raser ou se maquiller ? Difficile de vivre normalement sans être équipé des bonnes aides techniques.

Quelles solutions existent pour améliorer le quotidien des malvoyants ?

Pour accompagner les malvoyants au quotidien, des solutions existent. Malheureusement, elles restent peu connues. Des produits tactiles aux produits en relief en passant par les équipements grossissants et les gros caractères, chaque solution couvre un besoin précis. Parmi les aides techniques les plus répandues et les plus demandées, citons les machines à lire et les loupes grossissantes. Pèse-personne, tensiomètre ou montre : les dispositifs parlants fournissent aussi une aide précieuse aux malvoyants.

Comment choisir les bonnes aides techniques ?

Les bonnes aides techniques sont complexes à trouver. Pour être sûr d’être bien équipé, il s’agit de suivre un parcours en 5 étapes :

  1. Identifier et décrire sa pathologie. Souvent, les malvoyants choisissent trop vite ou sur les conseils d’un autre malvoyant, et commandent les produits qui ne sont pas adaptés à ses besoins et sa pathologie oculaire. Ce qui est adapté pour un malvoyant ne l’est pas forcément pour un autre. Le risque d’erreur est élevé. Chaque cas est différent. Par exemple, si la vue est trop dégradée, l’achat d’une loupe optique ne suffira pas. Il faudra plutôt se tourner vers une loupe électronique.

 

  1. Bien définir son projet d’autonomie. S’il peut être tentant de s’équiper aussitôt avec toutes les solutions qui existent, il est préférable de s’équiper progressivement. Adopter le bon cheminement avant l’achat, c’est bien identifier la problématique à résoudre et se poser les bonnes questions. Quelles sont mes difficultés en tant que malvoyant ? Quel est mon projet d’autonomie ? Que voudrais-je améliorer dans mon quotidien ? Quelle est l’activité la plus importante pour moi de refaire ? Les aides techniques pour le besoin de lecture seule ne sont pas les mêmes que les aides techniques pour la lecture combinée à l’écriture (mots croisés, remplissage de formulaires, etc.). Parmi d’autres besoins à prendre en considération, la communication (informatique et téléphonie) et les loisirs. Des solutions polyvalentes permettent de répondre à plusieurs besoins en même temps. Mais il n’existe pas une solution unique qui couvre tous les usages (lecture, écriture, vision de loin, communication, déplacement, télévision, etc.).

 

  1. Se faire aider par des professionnels. Il est recommandé de ne pas choisir ses aides techniques seul sans l’accompagnement ni les conseils d’un professionnel – sauf dans le cas du remplacement de matériel déjà connu. Le processus d’équipement repose aussi sur la consultation de professionnels de santé dédiés comme des orthoptistes spécialisés dans la déficience visuelle, des spécialistes basse-vision, des ergothérapeutes, des instructeurs en locomotion ou encore des avjistes. Leur rôle consiste à améliorer le quotidien des personnes malvoyantes en leur partageant des astuces simples et en les orientant vers des aides techniques adaptées.

 

  1. Essayer le matériel à domicile pour vérifier ses caractéristiques dans l’environnement réel d’utilisation. Il est fortement déconseillé d’acheter un produit au bout d’une heure d’essai sans garantie de pouvoir se le faire rembourser en cas d’insatisfaction. Cflou prête gratuitement 8 jours les produits sur simple signature d’un bon de prêt et d’un chèque de caution. Et si vraiment l’achat est privilégié, Cflou propose systématiquement une garantie satisfait ou remboursé pendant 14 jours. Ce qui évite toute déconvenue et permet de s’assurer que l’aide technique sera bien utilisée.

 

  1. Prendre en compte les avis clients lorsqu’ils sont disponibles en ligne. Même s’il faut savoir que la majorité des clients satisfaits ne laissent pas d’avis, c’est un indicateur très intéressant et rassurant. Les avis sur le distributeur et sur les produits sont aussi des sources d’informations complémentaires.

 

Adoptez la bonne méthodologie : ne commandez jamais une aide technique sans une étude préalable de vos besoins personnels. Réalisez une étude de besoins poussée et personnalisée auprès d’un professionnel de santé ou d’un spécialiste en aides techniques. CFLOU propose aux malvoyants un échange à distance par téléphone pour étudier leurs pathologies. De l’acuité visuelle au champ visuel (vision périphérique, vision tubulaire…) en passant par les pathologies connexes : chaque problématique de santé a un impact sur le choix des bons équipements. Par exemple, si le malvoyant souffre de douleurs lombaires ou cervicales, l’utilisation d’une loupe électronique qui amène la tête vers l’avant n’est pas conseillée.

Choisir les bonnes aides techniques, ce n’est pas uniquement identifier le bon type de produit. Il s’agit également de sélectionner le bon modèle. Du côté de la qualité du matériel, privilégier une marque reconnue et qui a fait ses preuves est gage de qualité, de fiabilité et de durabilité. N’hésitez pas à tester la qualité sonore des produits parlants en écoutant les sons avant l’achat (possible sur la fiche produit en ligne). Bien entendu, le budget est également à considérer. Il n’est pas rare que la qualité du produit soit proportionnelle au prix. Souvent, les produits d’entrée de gamme ont une durée de vie plus limitée. Un critère à prendre en compte si vous ne voulez pas commander une loupe électronique dont la batterie ne durera pas plus de six mois, sans garantie ni service après-vente.

CFLOU : le plus grand choix en France d’aides techniques pour malvoyants

Plus vous avez le choix, plus vous pourrez répondre finement à des besoins très spécifiques. Chez CFLOU, nos experts sélectionnent une ou deux aides techniques ciblées par utilisateur. En plus d’une prestation d’installation à domicile avec un réseau d’agents partenaires, nous vous proposons un prêt de matériel gratuit pour un essai à domicile de 8 jours qui permettra de confirmer le choix de l’aide technique. Si vous passez à l’achat, vous disposez de la garantie satisfait ou remboursé pendant 15 jours ! Et puisque la sélection joue un rôle très important, tous les produits qui ont une note inférieure ou égale à 3 sont supprimés du catalogue CFLOU. N’hésitez pas à laisser vous-même un avis en ligne sur les aides techniques que vous avez achetées !

 

Besoin de conseils quant au type d’aide technique le plus adapté à vos besoins ? Des questions d’ordre technique ou pratique ? Contactez les équipes CFLOU : notre équipe répond présent pour vous conseiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.