Maladie des yeux

Le nombre de maladies des yeux est très important. Nous ne citerons pas ici les affections temporaires (conjonctivites, yeux rouges, etc.), mais uniquement les maladies affectant les yeux et la vue de façon prolongée.

Ci-dessous découvrez quelles sont les maladies oculaires entraînant une déficience visuelle :

Achromatopsie :

L’achromatopsie (ou achromatie) se caractérise par l’absence de vision des couleurs.

Elle existe sous deux formes :

  • L’achromatopsie congénitale, maladie génétique rare qui s’explique par la dégénérescence des cellules en cône (celles qui sont chargées de la vision de jour) de la rétine. Il ne reste donc que les cellules en bâtonnet, qui ne permettent pas la vision des couleurs
  • L’achromatopsie cérébrale concerne les patients qui contractent la maladie suite à une lésion cérébrale comme un AVC.
  • Albinisme :

L’albinisme est une spécificité génétique héréditaire que l’on constate chez tous les mammifères et aussi chez les humains. Les personnes touchées par l’albinisme sont en déficit de production de mélanine. Ce qui peut entraîner un déficit en récepteurs et en pigments indispensables à la rétine. Le nerf optique peut aussi présenter un sous-développement, et entrainer une déficience visuelle.

Amblyopie :

L’amblyopie est une atteinte des cellules du cortex occipital, qui a pour conséquence la baisse de l’acuité visuelle d’un œil (ou des deux). Elle peut aussi entrainer une baisse de perception des reliefs. Cette pathologie visuelle s’installe pendant l’enfance et persiste toute la vie.

Aniridie :

L’aniridie est l’absence d’iris. Cette anomalie est la plupart du temps de nature congénitale mais peut également survenir après un traumatisme. L’aniridie est généralement associée à d’autres affections des yeux comme le glaucome, par exemple. Les conséquences de cette maladie sont une diminution importante de l’acuité visuelle (pouvant aller jusqu’à une perte de la vue) et une gêne à la lumière (en l’absence d’iris, aucune filtration des rayons lumineux n’est possible).

Anisométropie :

L’anisométropie est une différence de réfraction entre les deux yeux. Les personnes atteintes d’anisométropie sont souvent myope d’un œil et hypermétrope de l’autre œil. Elle peut aussi se caractériser par une différence de correction entre deux yeux.

Aphakie :

L’aphakie, ou aphaquie, est une absence de cristallin suite à une intervention chirurgicale ou lié à une anomalie congénitale. Le sujet est dit aphake (ou aphaque). Cette pathologie entraine une perte de la netteté (de loin ou de prêt) et une hypermétropie.

Asthénopie :

L’asthénopie est une fatigue oculaire des muscles et des cils. Cette maladie des yeux entraine des douleurs oculaires, des maux de tête et des vertiges. On distingue principalement deux types d’asthénopie : l’asthénopie accomodative (qui concerne les myopes, les hypermétropes et les presbytes) et l’asthénopie musculaire (suite à un effort anormal visant à fixer une image de façon prolongée).

Astigmatisme :

L’astigmatisme est une perturbation de la vision de près et de loin des lignes en raison d’une cornée légèrement déformée (cornée ovale au lieu d’arrondie). Une personne astigmate peut voir un trait à la place d’un point et souffre généralement de maux de tête et de picotements des yeux. C’est la première cause de fatigue visuelle.

Best (maladie de) : 

La maladie de Best est une dystrophie (lésion d’une cellule, d’un tissu ou d’un organe due à un défaut de développement ou à une anomalie) maculaire génétique. Cette maladie entraîne la dégradation des photorécepteurs maculaires (cellules qui recueillent l’information lumineuse) et une baisse progressive de la vision centrale. La sévérité de la perte de la vision varie d’une personne à l’autre mais sont généralement détectées entre 7 et 12 ans.

Cataracte :

La cataracte est une opacification partielle ou totale du cristallin de l’œil. Cette opacification entraine une baisse progressive de la vue, des troubles de la vision des couleurs et une sensibilité à la lumière (photophobie). La cataracte est une maladie liée au vieillissement qui touche les personnes de plus de 60 ans. Elle se traite efficacement par la chirurgie par une extraction du cristallin latéralisé et remplacement par un implant intracapsulaire. Elle reste toutefois la première cause de cécité dans le monde.

Cécité :

La cécité est une déficience visuelle totale (absence complète de vision) qui peut être liée à de multiples causes (affection congénitale, cancer, glaucome, cataracte, décollement de la rétine, rétinite pigmentaire, etc.). Une personne atteinte de cécité des deux yeux est dite aveugle. On estime le nombre d’aveugles à environ 65 000 en France.

Colobome :

Le colobome est une anomalie du développement du cristallin, de l’iris, de la choroïde ou de la rétine. Cette maladie génétique est décelée dès la naissance. L’acuité visuelle est variable en fonction de l’atteinte rétinienne. Il n’existe pas de traitement adapté à cette maladie des yeux.

Daltonisme :

Le daltonisme est une déficience d’un ou plusieurs cônes de la rétine oculaire. C’est une maladie génétique mais le daltonisme peut aussi survenir à la suite d’une lésion nerveuse, oculaire ou cérébrale. Cette déficience entraine une difficulté de perception des couleurs. Le plus fréquemment, un daltonien a des difficultés à faire la différence entre le vert et le rouge.

Décollement de rétine :

Le décollement de la rétine est une maladie rare de l’œil. C’est un décollement d’une partie de la surface de la rétine de son support. Non traitée, elle aboutit à une perte de la vue et donc à la cécité. Elle touche principalement les personnes de plus de 50 ans ayant une forte myopie ou du diabète. Le décollement de la rétine entraine une baisse brutale de la vue, une diminution du champ visuel, des mouches volantes ou une impression de voir des éclairs. C’est une urgence ophtalmologique.

DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge) :

La DMLA est une dégénérescence de la macula (partie centrale de la rétine). Elle entraine donc une perte progressive de la vision centrale et donc une perte progressive de l’autonomie (arrêt de la conduite, de la lecture, des loisirs, etc.). On distinguera deux formes de DMLA ; La DMLA sèche (la plus fréquente) dont l’évolution est lente, mais inévitable. Et la DMLA humide dont l’évolution est très rapide (perte de la vision centrale en quelques semaines à quelques années). Dans certains cas, la DMLA peut entrainer la cécité. Cette maladie des yeux touche principalement les plus de 50 ans et concernerait près d’un million de français. C’est d’ailleurs la première cause de malvoyance dans les pays développés comme la France. A ce jour, aucun traitement ou chirurgie ne permet d’améliorer la vue d’une personne atteinte de dégénérescence maculaire.

Glaucome :

Le glaucome est une maladie dégénérative de l’œil. Cette maladie entraine une dégénérescence du nerf optique et une perte progressive de la vision périphérique puis centrale. Elle est due à une pression oculaire trop importante dans l’œil. C’est une maladie grave car la perte de vision est irréversible et cette maladie entraine la cécité. Des traitements (généralement des collyres) et des opérations (chirurgicales ou au laser) existent et sont efficaces. Mais ils ne peuvent généralement que ralentir l’évolution de la maladie.

Hypermétropie : 

C’est l’opposé de la myopie. L’hypermétrope a des difficultés pour voir de près et pour lire, mais il voit bien de loin.

Cette anomalie est généralement due à un œil trop court. Les nourrissons ont très souvent une hypermétropie, mais à mesure que l’enfant grandit, l’hypermétropie se corrige d’elle-même. Toutefois, certains enfants ont une hypermétropie forte et dans ce cas, elle subsiste. Cette hypermétropie peut entraîner des tensions, des douleurs oculaires, des brûlures, des maux de tête, une vision floue…

On est souvent hypermétrope sans le savoir. La plupart des gens ne réalisent qu’ils sont hypermétropes qu’autour de la trentaine. Les symptômes apparaissent souvent lors d’une atteinte de l’état général (surmenage, anxiété, intervention chirurgicale, accouchement…) et disparaissent avec la correction de l’hypermétropie. La correction de l’hypermétropie peut se faire grâce à des lunettes, des lentilles ou une opération chirurgicale.

Kératocône :

Le kératocône est une maladie dégénérative de l’œil. Cette maladie des yeux entraine une déformation de l’œil. La cornée prend alors une forme conique au lieu de sphérique. Cette maladie est généralement diagnostiquée entre l’adolescence et les 30 ans. La déficience visuelle de cette maladie des yeux peut généralement être corrigée par des lunettes ou des lentilles.

Neuropathie optique de Leber :

La Neuropathie optique de Leber est une maladie génétique touchant le nerf optique de l’oeil. La maladie de Leber entraine une perte de la netteté centrale et l’apparition d’un scotome (tâche dans le champ visuel). Cette maladie est détectée chez les jeunes entre 18 et 35 ans et la progression est très rapide (quelques jours à quelques semaines). Un diagnostic par l’analyse des gênes est possible.

Amaurose congénitale de Leber :

L’amaurose congénitale de Leber est une maladie génétique grave de la rétine. Elle est détectée chez le nouveau né ayant une réaction lente de la pupille à la lumière voire une photophobie. Cette maladie évolue inévitablement vers la cécité en quelques dizaines d’années. Un traitement visant à injecter un gène normal existe, mais reste réservé à 10% des cas.

Myopie :

La myopie est un trouble de la vue. Une personne myope a une vision de loin altérée c’est à dire qu’elle voit moins bien de loin que de près. La vision des myopes est excellente de près en général, à condition de se placer assez près. La myopie peut débuter à tous les âges. Plus la myopie est précoce, plus elle sera sévère.

Nystagmus :

Le nystagmus est une déficience de la coordination des muscles de l’œil. Il entraine des mouvements involontaires (lents et rapides) de l’œil. Cette pathologie est fréquemment accompagnée d’un strabisme. Le nystagmus est handicapant car il peut entrainer l’interdiction de conduire, de pratiquer certains sports et d’avoir une vie professionnelle normale. Une opération chirurgicale sur les muscles peut apporter un meilleur confort visuel et parfois même un réalignement des yeux.

Ptosis :

Le ptosis est une baisse non volontaire et brutale de la paupière supérieure, causé par un déficit musculaire. Le ptosis a donc un impact sur la fonction visuelle. Il peut dans certains cas être traité par une opération chirurgicale sur les muscles releveurs de la paupière.

Presbytie :

La presbytie est un trouble de la vue. Une personne presbyte a une vision de près altérée. Les premiers symptômes sont l’éloignement des bras pour lire, le besoin de plus de lumière, un flou en vision de près et une fatigue visuelle qui peut entrainer des picotements aux yeux, des larmoiements, des maux de tête. La presbytie rend la lecture ou les travaux manuels difficiles. Il lui est donc difficile de lire un livre, la montre, le téléphone portable, les chèques, ainsi que de se maquiller ou se raser. La presbytie est une conséquence du processus de vieillissement. C’est un phénomène inéluctable qui apparait en général entre 40 et 50 ans.

Rétinite pigmentaire :

La rétinite pigmentaire est une maladie génétique de l’œil qui touche les photorécepteurs et l’épithélium pigmentaire. Cette maladie des yeux entraine une perte de la vision nocturne, un rétrécissement du champ de vision et souvent de la photophobie (sensibilité accrue à la lumière). Cette maladie est généralement détectée vers l’adolescence pour devenir handicapante vers la trentaine. La rétinite pigmentaire peut évoluer à terme vers une perte de la vision périphérique. C’est une cause de cécité importante en France et particulièrement chez les personnes âgées. Elle peut être associée à plusieurs autres pathologies comme le syndrome d’Usher par exemple. C’est une maladie génétique incurable mais dont on peut freiner l’évolution par une alimentation adaptée.

Rétinoblastome :

Le Rétinoblastome est une tumeur maligne de la rétine qui apparait chez les jeunes enfants âgés de moins de 5 ans. Ce cancer des yeux est d’origine génétique (mutation d’un chromosome). Cette maladie est héréditaire. Le rétinoblastome est traité par une opération chirurgicale, par une chimiothérapie, le laser ou la radiothérapie.

Rétinopathie diabétique :

La rétinopathie diabétique est une atteinte de la rétine causée par le diabète et pouvant s’aggraver en cas d’hypertension. La rétinopathie diabétique est une détérioration des vaisseaux sanguins de la rétine (éclatement des vaisseaux sanguins dans la rétine). Elle cause une perte progressive (et lente) de la vue, et peut rendre aveugle. C’est la première cause de cécité chez les moins de 65 ans en France, et la première cause de cécité au Canada tout âge confondu. Elle touche 50% des diabétiques de type 2. Cette maladie est insidieuse, car un patient atteint de rétinopathie diabétique peut en être atteint pendant 10 ans sans avoir de symptômes. L’évolution de cette maladie oculaire peut être maîtrisée par une bonne gestion de son diabète et de sa tension artérielle. Elle peut dans certains cas être traitée au laser, par l’ablation chirurgicale du vitré ou des injections intraoculaires répétées.

Stargardt (maladie de) :

La maladie de Stargardt est une maladie génétique rare entrainant des lésions rétiniennes et une atrophie de la macula. La maladie de Stargardt entraine une baisse progressive et inévitable de la vue dès l’enfance (entre 5 et 16 ans). Toutefois les personnes touchées par cette maladie ne deviennent pas aveugles, même si leur acuité visuelle reste faible (1/10ème à 1/20ème). A ce jour aucun traitement n’existe pour cette maladie génétique, mais les recherches en thérapie génique avancent.

Strabisme :

Le strabisme est un défaut de parallélisme des axes visuels. Les personnes atteintes de strabisme ont des difficultés à obtenir une image unique d’un objet en raison de ce défaut de convergence (ou de divergence). On dit qu’ils louchent. Souvent détecté chez l’enfant (entre 5 et 10 ans), le strabisme doit être traité tôt pour éviter un défaut de maturation visuelle. Le strabisme peut être corrigé par correction optique ou par opération chirurgicale pour les cas les plus prononcés. Son impact psychologique est à prendre en compte, car il peut entraîner des difficultés à l’école ou sur le lieu de travail.

Usher (syndrome de) :

Le syndrome d’Usher est une maladie génétique entraînant une surdité et une déficience visuelle par rétinite pigmentaire (dégénérescence de la rétine). Cette maladie évolue jusqu’à la cécité généralement entre 50 et 70 ans. La prise en charge est double car le handicap est visuel et auditif. Aucun traitement n’existe contre le syndrome d’Usher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *